Il y a très longtemps que j’attendais ce moment : une exposition de ce talentueux architecte qui s’est plus distingué dans la réalisation de sculptures monumentales que dans la construction de maisons, bien qu’il en ait fait quelques-unes comme celles du violoniste Arthur Grumiaux, du collectionneur avisé Louis Bogaert sur la digue au Zoute, de la famille Van Moerkerke – la Villa De Keignaert – au début des années 70, une gigantesque maison conçue comme un bunker de briques pour abriter leur collection d’art et enfin, la sienne Avenue Accent à Auderghem. 

C’est là que je l’ai connu. J’habitais la maison de son maître et ami, l’architecte Henri Lacoste, voisine. les jardins se touchaient. Je n’ai pas résisté un jour à aller sonner à sa porte. Il m’a très gentiment accueillie et de là est née une amitié entre nous les dernières années de sa vie. Il était grand et élancé. Une silhouette fine et élégante, impressionnante à cet âge avancé, des traits émaciés et une abondante chevelure blanche en faisaient un personnage hors norme, doté d’une personnalité humble et affable. On a fêté ses 90 ans ensemble avec mon petit garçon qui avait à quelques jours près, 80 ans de moins que lui : ils étaient tous les deux de juillet : (1913 et 1993). Quel souvenir. Il est parti l’année suivante. 

Le lumineux atelier de sa maison sobre aux lignes pures était magnifique. Des dizaines de petites sculptures y étaient entreposées dans un désordre créatif. Il s’agissait des maquettes de ses sculptures monumentales. Toutes plus belles et intéressantes les unes que les autres. Vous en verrez quelques-unes à l’exposition avec des films, des photos de tous ses projets, réalisés ou non et surtout « La Flèche du Génie Civil » de l’Expo 58, prodige architectural unique à la destruction de laquelle l’artiste Ann Veronica Janssens a eu l’idée de s’intéresser en réalisant le film de sa ‘reconstruction’. Je vous laisse découvrir cette courte séquence de 3’ à peine qui tente de réparer l’inconcevable… 

Ne ratez donc pas l’occasion de découvrir cet homme de génie malheureusement trop peu connu alors que vous reconnaîtrez ses sculptures emblématiques qu’il aimait qualifier de signaux ou signes. 

Une rétrospective à la hauteur de l’architecte-sculpteur dans laquelle le caractère transparaît d’un bout à l’autre. 

Bravo aux organisateurs.

Texte & Photos Virginie de Borchgrave

Jusqu’au 29 juillet 2021 

Palais des Beaux-Arts

23, Rue Ravenstein

B-1000 Bruxelles

www.bozar.be

Leave a comment

Your email address will not be published. Required fields are marked *