Eldorama****

 

Le Mexique et l’Eldorado sont au cœur de la saison culturelle estivale à Lille et dans toute la région. L’Eldorado, un mot derrière lequel se cache autant de rêves que de déceptions passées, présentes et à venir… Une vingtaine d’expositions avec, en point de mire, celle du Tripostal où des artistes venus des 4 coins du monde nous parlent de leur vision du mythe.

 

Divisée en 3 chapitres intitulés respectivement « Les Mondes Rêvés », « La Ruée » et enfin « Un Eldorado sans fin », on passe de découvertes en émerveillements lorsque après avoir fait la file sous l’immense dragon noir de Chen Zen en attendant de pénétrer dans la chambre scintillante de Yahoi Kusama, on suit Francis Alÿs qui fait rouler un ballon en feu dans la problématique Ciudad Juarez au Mexique ; on admire les belles photos de Wang Wei dévoilant une jeunesse sauvage, libre et insouciante ; on découvre le gang des Boucheman ; ces jeunes mahorais et comoriens sans papiers mis en scène par la française Laura Henno ;  on bute sur l’immense embarcation de fortune échouée de l’algérien Adel Abdessemed, symbolisant le drame de l’Eldorado de la plupart des migrants où les sacs poubelle en résine « sont autant de linceuls mortuaires de fortune.»

 

Je pourrais encore vous parler de la longue peinture de trace de pneu du suisse Peter Stämpfli, empreinte sérigraphique en trompe l’œil, symbole d’une route hypnotique continue ; de la femme du flea markethyper réaliste de l‘américaine Duane Hanson ; du mur de peintures sur tissu de Babi Badalov tels des drapeaux aux messages forts ; de « Danger Zone » l’habitation de fortune « centrée sur la mémoire et l’exploration futuriste », sous une bulle de protection, du couple français Anne & Patrick Poirier ; du grand agglomérat de boites de cordonniers du ghanais Ibrahim Mahama ou de la chambre verte du marocain Younès Rahmoun qui représente autant la couleur de l’islam que celle de la germination, etc.

 

Bref, une invitation artistique forte à envisager le futur avec d’autres yeux. Une manière à peine détournée de nous demander quel(s) eldorado(s) réservons-nous aux générations futures, à nos enfants et petits-enfants ? Percutant.

 

Jusqu’au 1 septembre 2019

Le Tripostal

Avenue Willy Brandt

F-59000 Lille

Tél.: +33 3 20 14 47 60

Ouvert du mercredi au dimanche de 10h à 19h. Fermé les lundis & mardis.

 

N.B. : Il y a beaucoup d’autres expositions intéressantes à visiter dont « Golden Room » au Palais des Beaux-Arts. Programme complet sur www.eldorado-lille3000.com

Texte & Photos-montage Virginie de Borchgrave

 

 

 

 

L’idée de marier art contemporain et nature est dans l’air du temps. Comme exemples récents, citons le Château La Coste, la Fondation Carmignac, le Domaine de Peyrassol, le Domaine du Muyde Jean-Gabriel & Edward Mitterrand, la Fondation Bernar Venetrien que pour le sud de la France et à l’étranger, au sud du Japon, l’un des endroits les plus célèbres aujourd’hui, la petite île artistique de Naoshimasur la mer intérieure de Seto à Shikoku, transformée en un haut lieu d’art contemporain par Tadao Ando.

 

Plus près de chez nous, à moins de 3h de voiture, nous avons l’un, si pas le plus bel exemple de musée planté en plein cœur de la nature complété d’un immense jardin de sculptures. Ils aiment l’appeler « leur salle extérieure de 25 ha » ! 160 sculptures d’artistes incontournables d’Aristide Maillol à Marta Pan (sculpture blanche flottante sur la pièce d’eau à l’entrée du jardin), Barbara Hepworth dont les œuvres ont été installées dans un superbe pavillon réalisé par Rietveld, à Huang Yong Ping, Mark Di Suvero (l’immense K rouge qui nous accueille), Lauwrence Weiner (la structure en acier qui s’enfonce dans le sol et reflète la lumière), Christo, Alicia Penalba, Pierre Huyghe, Richard Serra, Lucio Fontana en passant par Constant Permeke. C’est d’une beauté à couper le souffle ! Situé dans le parc national De Hoge Veluwe de près de 6000 ha de forêts, bois, sous-bois, polders, etc. où l’on peut observer une faune riche tels cerfs, sangliers, mouflons, oiseaux.

 

 

 

A l’entrée du parc, des centaines de vélos blanc sont mis gratuitement à disposition pour s’y promener. J’ai rarement vu un endroit aussi bien organisé. Et je n’ai pas encore parlé du musée indoorqui compte la deuxième plus grande collection au monde de Vincent van Gogh : 90 peintures et 180 dessins rassemblés par le couple Kröller-Muller dont la femme a eu le flair de détecter le génie fulgurant dès les débuts de l’artiste. A côté de cela, on peut y découvrir des toiles de Pablo Picasso, Juan Gris, Georges Braque, Auguste Renoir, Henri Fantin-Latour, Jan Toorop, Piet Mondriaan, Theo Van Doesburg, Paul Signac, Claude Monet et même deux magnifiques Donald Judd. Quelle belle histoire de l’at moderne nous compte ce couple visionnaire et avant-gardiste qui a créé le domaine en 1938. C’est la passion d’une vie : entre 1907 et 1922, Hélène achète avec son mari Anton près de 12 000 œuvres ! Leur collection est l’une des plus grandes, belles et impressionnantes collections privées du XXe siècle.

 

Des expositions temporaires renforcent le caractère actuel du musée.

Cet été, on peut y voir dans l’aile gauche, une illustration du développement de la sculpture moderne sous le titre « Het begin van een nieuwe wereld » et dans l’aile droite, les oeuvres lumineuses de l’artiste visuel « Jan Van Munster. In motion 1970-2020 » et « Lucas Lenglet. And all the untilled air between» avec e.a. une installation subtile d’épingles à nourrices qui tapissent les murs d’une petite pièce.

 

Houtkampweg, 6

6731 AW Otterlo

Pays-Bas

Tél.: +31 318 59 1241

Ouvert du mardi au Dimanche & les jours fériés de 10h à 17h. Le jardin de sculptures jusqu’à 16h30’

www.krollermuller.nl

 


Si vous voulez y passer le weekend, une recommandation :

Hotel De Sterrenberg****

Houtkampweg, 1

6731 AV Otterlo

Tél. : +31 318 59 12 28

www.sterrenberg.nl

 

 

Texte & Photos-montage Virginie de Borchgrave

 

Jan Fabre à Naples cet été ♥♥♥

 

 

L’artiste multidisciplinaire (Anvers, 1958) – dessinateur, sculpteur, peintre, chorégraphe – mais encore l’homme de théâtre, le metteur en scène qui aime la provocation est un habitué de l’Italie. C’est Jacinto di Pietraantonio, un personnage incontournable du monde de l’art qui l’a fait connaître dans la botte, lors d’expositions présentées en parallèle à la Biennale de Venise.

Cet été, il présente 4 expositions à Naples. L’occasion de parcourir l’une des plus fascinantes villes d’Italie, aussi multiculturelle qu’insaisissable et turbulente :

 

  • Au Museo e Real Bosco diCapodimonte, face aux toiles de maîtres, on découvre des sculptures en corail rouge, une matière tellement précieuse. Pourquoi le corail dont l’extraction est compliquée et très réglementée ? Justement pour cela : « Les œuvres en corail, dit-il,montrent tant la cruauté de la beauté que la beauté de la cruauté.» Sylvain Bellenger, le directeur du musée attire notre attention sur le risque de faire une exposition de ce type dans l’un des musées les plus riches et anciens du monde : « Un musée qui avait en ouvrant ses portes une vision contemporaine.En vérité,dit-il, Jan Fabre est un artiste ancienIl redonne au musée une dimension contemporaine.Dans le passé, un directeur y avait exposé des œuvres de Bruce Nauman et Georg Baselitz. Cela prouve que Capodimonte est une institution vivante, ouverte qui aime créer des dialogues entre l’ancien et le moderne. Et Jan Fabre, à la suite des autres nous fait voir autrement le musée. C’est un vrai miracle d’avoir réalisé cela ici »,conclut-il !

 

Jusqu’au 15 septembre 2019

www.museocapodimonte.beniculturali.it

 

  • Au StudioTrisorio, sous le titre « Omaggio a Hieronymus Bosch in Congo », c’est à travers Jérôme Bosch qu’il fait référence au passé colonial belge avec ses grandes toiles de scarabées verts (son père était jardinier) joliment exposées dans cet écrin aussi blanc qu’intimiste.

 

Jusqu’au 30 septembre 2019

www.studiotrisorio.com

 

  • A la Chapelle Pio Monte della Misericordia, l’un des joyaux de Naples, il se met lui-même en scène portant une grande croix en équilibre dans le creux de la main, face à l’impressionnante toile du Caravage.

 

Jusqu’au 30 septembre 2019

www.piomontedellamisericordia.it

 

  • Enfin au Museo Madre, c’est sans conteste l’homme de théâtre qui prend le dessus. On a droit à une véritable mise en scène. Arrivant d’en bas, on est obligé d’élever les yeux pour découvrir “ L’homme qui mesure les nuages”. Seul au milieu de la cour, il est une invitation à se dépasser, regarder au-dessus, aller au-delà des préjugés, des limites. Mieux, une ode à la création, à la tolérance. L’artiste mesure l’inmesurable.

 

Jusqu’au 30 septembre 2019

www.madrenapoli.it

 

PARIS

Texte & Photos-montage Virginie de Borchgrave

VASARELY. LE PARTAGE des FORMES****

J’ai grandi pendant les heures de gloire de Victor Vasarely (1906-1997), baignée dans un milieu artistique qui n’y était pourtant pas sensible. Combien de fois est-on passé près de la Fondation dont  le grand V sur l’Autoroute du soleil me faisait rêver sans qu’une seule fois on s’y arrête… Comment petite fille ne pas être impressionnée au sens premier du terme par cet univers géométrique aussi excitant que vibrant et troublant. Une démarche dont le but était justement de démocratiser la création à l’aide d’un vocabulaire formel élémentaire applicable à tous les domaines : “ A une civilisation mondiale doit correspondre un langage plastique mondial, simple, beau et acceptable par tous. Mieux : utilisable par tous. »

Le Centre Georges Pompidou nous amène à travers un parcours à la fois chronologique et thématique à apprécier l’inventeur de l’art optico-cinétique dans toute sa complexité, en nous dévoilant les logiques à l’origine du travail. On en ressort encore plus convaincu de son talent et de son audace à avoir réussi, fort de sa formation de graphiste, à révolutionner l’abstraction géométrique. Sans parler du plaisir des yeux sollicités d’un bout à l’autre de la rétrospective.

Jusqu’au 6 mai 2019

Centre Georges Pompidou

Place Georges Pompidou

Paris IVe

Ouvert tous les jours de 11h à 21h sauf le mardi. Nocturne le jeudi jusque 23h

www.centrepompidou.fr

 

INFINIS d’ASIE. JEAN-BAPTISTE HUYNH**

Dans une mise en scène orchestrée par l’artiste lui-même, on découvre quelques sobres portraits en noir et blanc de petit format qui s’avérera de loin, la plus intéressante partie de l’exposition. Édifiante introspection personnelle : en effet, le photographe autodidacte est parti à la recherche des traits de son visage à travers ceux de son ascendance paternelle. Une Asie partiale et émouvante captée avec un regard et un éclairage singuliers. Les autres projets exposés comme les bols, la statuaire (issue des collections du musée lui-même) n’ont pas rencontré ma sensibilité, mis à part les visages dans les étoiles de la toute dernière salle dont la beauté est saisissante.

Jusqu’au 20 mai

Musée national des arts asiatiques – Guimet

 6, Place d’Iéna

Paris XVIe

Ouvert tous les jours sauf le mardi de 10h à 18h

www.guimet.fr

 

THOMAS HOUSEAGO. ALMOST HUMAN****

Entre les bas-reliefs et la Tour Eiffel qui se découpe dans les grandes fenêtres du musée, prennent place les sculptures anthropomorphes et les silhouettes de monstres du sculpteur, peintre et performeur anglais le plus côté de sa génération. Thomas Houseago (Leeds, 1972. Vit et travaille à Los Angeles) grandit baigné dans l’art et la culture. Comme quoi, cela change une vie ! Éléments déclencheurs de sa vocation : deux expositions -Picasso et Josef Beuys- qui le bouleversent dans sa jeunesse et le poussent à s’inscrire à l’école d’art de sa ville natale. De là, à seulement 19 ans, il décroche une bourse à la prestigieuse Central Saint Martin College of Art and Design de Londres. Il en parle (il est bavard) comme le miracle de sa vie. En 1990, une rencontre prometteuse avec le galeriste belge Xavier Hufkens lui offre sa première exposition personnelle en 2002. Aujourd’hui, les collectionneurs privés du monde entier se l’arrachent. Henry Moore, Francis Picabia et Marlène Dumas (son professeur à Amsterdam) mais encore le cubisme, le futurisme, le primitivisme ainsi que la culture populaire le façonnent. S’il connaît des débuts difficiles gagnant sa vie comme ouvrier du bâtiment -ses techniques de travail et les matériaux utilisés comme le plâtre sont là pour en témoigner-, un passage remarqué à la Biennale du Whitney à NY et à la Biennale de Venise l’année suivante le rendent vite célèbre. Houseago a réussi à créer un genre à part à cheval entre rêves et cauchemars, force et fragilité. ‘Cast Studio’, une reproduction de son atelier avec un lit, des chaises et une estrade, le tout en argile, face à un film tourné par sa compagne clôturent la visite. Sachez que le titre de l’expo est tiré de la chanson ‘Suzanne’ de Léonard Cohen.

N.B. En sortant poussez une tête à « Rumeurs & Légendes. Un nouveau parcours dans les collections » et découvrez les sculptures d’Etienne-Martin, une figure incontournable des années 60-70 dont je n’avais jamais entendu parler…  

Jusqu’au 14 juillet 2019

Musée d’Art moderne

12-14, Avenue de New York

Paris XVIe

Ouvert du mardi au dimanche de 12h à 18h. Nocturne le jeudi jusqu’à 22h

 www.mam.paris.fr

.-

PARIS ( novembre)

Texte & Photos montage Virginie de Borchgrave

 

Frank West **

La plus grande rétrospective jamais accordée à cet artiste autrichien (1974-2012) aussi atypique qu’influent. Elle continuera sa vie, dès février, à Londres à la Tate Modern.

Vous connaissez de lui les grandes têtes de lémures qui trônent sur la Place Rubens à Knokke ou les divans, ici à l’entrée de l’exposition, créés il y a 25 ans à la Documenta de Kassel et que l’on avait ‘testés’ à l’inauguration de Kanal à Bruxelles. Aussi inconfortables que surprenants.

Une œuvre déconcertante, intemporelle et inclassable, élaborée par un autodidacte, à l’esprit libre et indépendant. A cheval entre art populaire et érudit, art et design, sculpture et mobilier, inspiration intuitive ou intellectuelle, Frank West ne cesse d’interroger le sens du geste artistique et de bousculer les frontières. Papier mâché, aluminium, fer, tôles et barres de béton, tout est bon pourvu qu’il nous interpelle…

Pari réussi !

 

Jusqu’au 10/12/18

 

Tadao Ando. Le défi ****

Figure incontournable de l’architecture contemporaine, connu et reconnu de par le monde, l’architecte autodidacte japonais (0saka, 1941) est reconnaissable entre tous par la pureté et la simplicité de ses réalisations. Tout empreint de la philosophie et la culture de son pays natal qu’il traduit par des espaces vides et de grands murs de béton lisse, son matériel de prédilection, auxquels il mêle les éléments naturels tels l’eau, la lumière et la nature. Pourquoi le défi ? Quel défi ? Celui de toucher notre âme, de nous émouvoir. Personnellement, je l’ai découvert en 1992 à l’Exposition Universelle de Séville où il avait réalisé le plus beau pavillon de l’événement, tout en bois.

50 projets illustrent ici l’une des œuvres architecturales les plus subtiles des XXe & XXIe siècles : Naoshima au cœur de la mer de Seito dans le sud de l’archipel, le Château Lacoste près d’Aix-en-Provence, la colline du Bouddha à Sapporo sur l’île d’Hokkaïdo ; la Punta della Doganade François Pinault à Venise ne sont que quelques-unes des réalisations de celui pour qui « l’art est une force bénéfique afin que l’humanité s’élève et évolue. »

Beau défi.

 

Jusqu’au 31/12/18

Centre Georges Pompidou

www.centrepompidou.fr

 

Simon Fujiwara. Révolution

 

Un ingénieux système mobile telle une tour de verre encerclée par le bâtiment qui permet aux niveaux de bouger verticalement selon les aléas des expositions, telle est la réalisation de l’architecte hollandais Rem Koolhaas pour la Fondation Lafayette Anticipationsdans un ancien bâtiment industriel du BHV. Si l’espace est aussi impressionnant que dépouillé, il est aussi expérimental car il accueille entre ses murs un laboratoire d’artistes et même une rue ! Et oui, on peut littéralement traverser le bâtiment de la Rue du Plâtre à celle de Sainte-Croix-de-la-Bretonnerieen s’arrêtant au passage à « Wild & The Moon », halte culinaire aux produits très tendance (et délicieux.) Rien de spectaculaire, sinon un espace au service des artistes.

 

C’est l’artiste britannique d’origine japonaise, Simon Fujiwara qui a l’honneur de la 3eexposition depuis l’ouverture en mars qui analyse, e.a. à travers Joanna, son ancienne professeure d’arts plastiques, l’image, la place des femmes dans les médias. Assez superficiel et peu convaincant.

 

Au rez-de-chaussée, « Empathy », un simulateur conçu en collaboration avec une société travaillant pour les parcs de loisirs et d’attractions, nous emmène dans une aventure physique originale, à condition que l’on accepte d’être mouillé et d’attraper carrément  froid !

 

 

Jusqu’au 6/01/19

Lafayette Anticipations

(pour l’endroit et le petit resto vegan Wild and the Moon www.wildandthemoon.fr)

 

www.lafayetteanticipations.com

 

On Air. Carte blanche à Tomás Saraceno ****

 

Voilà une exposition et un artiste on-ne-peut-plus-original ! On pénètre dans une salle toute sombre où l’on découvre des toiles d’araignées, immenses, magnifiques, fragiles, intrigantes, certaines très denses, d’autres au contraire, aérées, bref un ensemble d’ oeuvres éphémères qui tissent une ou plutôt des histoires invisibles, aériennes et surtout inattendues : du dioxyde de carbone à la poussière cosmique, des infrastructures et fréquences radio à de nouveaux couloirs de mobilité aériens.

 

Conçue comme une invitation à réfléchir et à repenser nos habitudes de vie, d’une poétique (et très séduisante) manière, on suit le long parcours qui passe e.a. par l‘Anthropocène, un projet artistique interdisciplinaire imaginé/inventé par Saraceno, dans lequel il propose de nous engager en vue d’une « harmonisation planétaire. »

 

Entre art, installation, science et recherche, on participe avec beaucoup de plaisir dans ce que l’artiste argentin appelle lui-même une « jam-session cosmique. »

 

A voir.

 

Jusqu’au 6/01/19

Palais deTokyo

www.palaisdetokyo.com

 

 

 Egon Schiele. Jean-Michel Basquiat ****

 

C’était presque le prétexte pour aller à Paris, s’il n’y avait pas eu Paris Photo

Je m’attendais à un dialogue entre les deux artistes, ces deux génies qui ont été, chacun à sa façon, des ‘pionniers’ ou des révolutionnaires pour avoir osé peindre autrement en bousculant les codes établis. J’y ai vu plutôt un rapprochement entre deux artistes précoces, morts dans la fleur de l’âge (28 ans), qui ont tous deux cherché à exprimer, dans l’urgence, leurs combats intérieurs à travers le dessin, qui ont chacun marqué une rupture dans l’histoire de l’art ; mieux dit un renouvellement. C’est déjà pas mal, me direz-vous !

 

Première exposition à Paris depuis plus de 25 ans pour l’Autrichien qui se déploie au fil du temps à travers une centaine d’œuvres, aux traits incroyables, issues en grande partie de collections privées. Quatre niveaux pour le second où de grandes toiles, aussi expressives que puissantes, toutes plus intéressantes les unes que les autres expriment magistralement le talent pictural et graphique de l’Américain d’origine haïtienne, au talent et à la carrière fulgurants.

 

Et encore, une première pour la Fondation Vuitton qui d’un côté, consacre une monographie à un artiste historique et de l’autre, dédiée à un seul artiste. Dans la ligne de conduite d’un espace qui affirmait dès ses débuts « sa volonté d’ancrer son engagement pour la création actuelle dans une perspective historique. »

 

On en ressort avec la conviction que tels des prophètes, ES et JMB ont construit, au début et à la fin du XXe siècle, une oeuvre unique qui n’a pas, pour l’un comme pour l’autre, pris une ride.

 

Deux œuvres énergiques et percutantes où, derrière le génie, se devine une détresse omniprésente.

 

Inédit.

 

Jusqu’au 14/01/19

Fondation Louis Vuitton

www.fondationlouisvuitton.fr

 

 

Miró ****

 

Un langage pictural unique, reconnaissable entre tous. Poétique, inventeur de formes, créateur et libre. Combien de toiles et d’expositions avons-nous déjà vues de l’artiste catalan ? On ne les compte plus mais on court encore admirer l’œuvre de celui qui voulait « assassiner la peinture » !Et on n’est pas déçu car la démonstration est probante.

 

Il faut dire que la transition avec la Fondation Vuitton, vue juste avant est intéressante :  une pratique tout aussi novatrice et protestataire, à l’écart des modes, reflet de son moi profond, un geste créateur puissant, une immense énergie, toutes des caractéristiques qui peuvent ranger Miró aux côtés de Schiele et Basquiat ! Comme quoi, faire plusieurs expositions en suivant permet des parallélismes auxquels on n’aurait sans doute jamais pensé …

 

Saluons Jean-Louis Prat, à qui l’on doit cette exposition magistrale, lui qui a bien connu l’artiste, lors de ses années à la tête de la Fondation Maeght.

 

Passionnant.

 

Jusqu’au 4/02/19

Grand Palais

www.grandpalais.fr

 

 

 JRMomentum. La mécanique de l’épreuve ***

Tout a commencé en 2006 par une proposition de Jean-Luc Monterosso, alors directeur de la MEP, de confier au photographe un mur extérieur du bâtiment pour « Projet d’une génération »qui ornait, en toute illégalité, les murs de Paris.

Une décennie plus tard, le voilà intronisé au même endroit à tous les étages pour une grande expo monographique. Tout en mouvement et dynamisme, on découvre les uns après les autres les interventions de l’artiste dans la ville ou ailleurs. Un travail qui a le mérite de révéler un nouveau visage au lieu choisi.

De quoi appréhender surtout la face invisible de l’iceberg.

Sachez que la RATP s’associe à l’exposition en présentant dans plus d’une dizaine de stations (Bir-Hakem, Châtelet, Gare de Lyon, Hôtel de Ville, La Chapelle, Luxembourg, Madeleine, Nanterre-Université Pyramides, Saint-Michel, etc.) un projet inédit.

Jusqu’au 10/02/19

MEP Maison Européenne de la Photographie

www.mep-fr.org

 

Martine Franck**

 

Après le célèbre Musée de l’Elyséeà Lausanne et avant le FoMuà Anvers au printemps, c’est la photographe belge Martine Franck (1938-2012) qui a les honneurs des tout nouveaux espaces, ouverts il y a à peine deux semaines de la Fondation Henri Cartier-Bresson dont elle fut l’épouse. Celle qu’il encouragea beaucoup tout au long de sa vie fut d’ailleurs à l’origine de la Fondation reconnue d’utilité publique en 2003 et dont le but est de faire rayonner l’œuvre de son époux et la sienne.

 

Exposition inaugurale en forme de rétrospective où l’on parcourt les clichés de cette femme audacieuse, à la fois libre et engagée qui n’hésita pas à aborder plusieurs genres, de la politique à la nature en passant par le portrait, le tout empreint d’une grande humanité.

 

Une excellente photographe qui disait de la photographie qu’elle« n’est pas nécessairement un mensonge mais ce n’est pas la vérité non plus (…) Il faut être prêt à saluer l’inattendu. »

 

Jusqu’au 10/02/19

Fondation Henri Cartier-Besson

www.henricartierbresson.org

 

 

Géométrie Sud. Du Mexique à la Terre de Feu ****

 

Inscrite dans le projet initié il y a 15 ans avec « Yanomani, l’esprit de la forêt » en 2003, poursuivi avec l’exposition consacrée à la Brésilienne Beatriz Milhazes en 2009 et « America latina » en 2013, nous voilà plongés à nouveau dans la foisonnante créativité et diversité culturelle de l’Amérique latine.

 

Du nord au sud, on parcourt toute la richesse de cet immense continent sous un angle géométrique que ce soit chez les artistes issus des cultures amérindiennes, précolombiennes ou inspirées du modernisme européen. A travers 250 œuvres glanées auprès de plus de 70 artistes de l’art populaire à l’art abstrait, de la céramique à la peinture -corporelle incluse- en passant par la sculpture, les textiles l’architecture, lesdessins, les photographies ou la vannerie, on se rend compte de l’héritage transmis par les anciennes aux nouvelles générations. Bref de l’incroyable richesse de cette culture tant ancestrale que contemporaine.

 

Que ce soit le Bolivien Freddy Mamani et son bagage aymara dont il transpose les éléments stylisés dans l’architecture de El Alto, ancien quartier défavorisé de La Paz aujourd’hui une ville à part entière (prenez le temps de vous asseoir sur un des poufs pour regarder la vidéo), les architectes paraguayens Solano Benítez et Gloria Cabral qui associent formes géométriques, matériaux et savoir-faire locaux ou la vénézuélienne Gego et sa vingtaine de sculptures aériennes, on s’immerge dans le monde de l’abstraction géométrique sous toutes ses facettes.

 

Une exposition tout en graphisme, couleur et spiritualité. Une belle façon de s’initier à ce monde à la fois si proche et si lointain culturellement.

 

 

 

 

 

 

« Nous pensons que la géométrie est comme un rythme : elle marque des cadences, elle réside dans les petites différences, dans une légère arythmie, etc. C’est ce qui la rend si particulière. Les triangles que nous construisons pour la FC ont tous les mêmes dimensions mais chacun est singulier, unique, en raison de la texture de la brique lavée et ses brisures. L’ordre latino-américain repose sur le même principe : il n’est jamais parfait… » dixit Gloria Cabral.

 

 

Fondation Cartier

Jusqu’au 24/02/19

www.fondationcartier.com

 

 

 ROTTERDAM


ACTIE – REACTIE. 100 ans d’art cinétique ****

Impressionnant aperçu de l’art cinétique, ce courant d’art abstrait des années 20 où la lumière et le mouvement occupent une place centrale. Quelque quatre-vingts œuvres des artistes les plus célèbres ayant contribué à son développement sont exposées : des pionniers comme Marcel Duchamp, Alexandre Calder et Victor Vasarely à d’autres comme Julio Le Parc, Bridget Riley, Jan van Munster et Dan Flavin jusqu’à la plus jeune génération avec Jeppe Hein et Zilvinas Kempinas.

Toutes ces œuvres ont des angles de vue différents et, notre œil doublé de notre cerveau créent des visions particulières. C’est passionnant (et très photogénique.)

Ressentez, voyez, entendez et subissez les rythmes, les vibrations, les tourbillons et les champs de force de cette expression artistique unique : Action versus Réponse… à chaque fois, autre !

N’est-ce pas là le propre de l’art ?

Jusqu’au 20 janvier 2019

 

SURFTRIBE. Stephan Vanfleteren ***

Le photographe belge Stephan Vanfleteren (1969) nous montre ici une culture dans laquelle règne un profond respect pour l’océan.

Il se penche sur les spots de surf traditionnel de Californie et d’Hawaï, parcourant le monde à la recherche des hommes et des femmes qui vivent près de l’océan. Par son travail, il crée une communauté de « sujets de la puissante tribu du surf » que la nature a pour unique maître. Aucune photo, dans cette dernière série, de surfersen action sur des vagues bleu azur mais seulement de grands portraits sereins en noir et blanc : surfers de compétition, free surfers et surfershippies du monde entier.

Dans le style pur et envoûtant de Vanfleteren, l’exposition est réellement exceptionnelle dans une mise en scène à la hauteur de la qualité des photos. On en ressort les yeux écarquillés, nourris d’admiration tant pour les jeunes talentueux que les icônes et légendes vivantes de ce sport à part qui fait rêver.

 

« La vague continue à venir. C’est la seule chose sur laquelle vous pouvez compter dans la vie … » dixit Gerry Lopez, surfeur américain emblématique des années 70.

Jusqu’au 13 janvier 2019

Kunsthal

Museumpark

Westzeedijk, 341

3015 AA Rotterdam

Tél. : + 31 10 44 00 300

www.kunstahl.nl

 

DIT IS CAS. Vintage fotografie van Cas Oorthuys ***

Cas Oorthuys a toujours photographié beaucoup et gratuitement. En réalité, il n’est jamais sorti de chez lui sans deux ou trois appareils autour du cou, et parfois plus. Finalement, il a laissé des archives : près d’un demi-million de photos gérées depuis 1990 par le Nederlands Fotomuseumdont Frits Gierstberg, le commissaire de l’exposition a sélectionné près de 300 tirages d’époque et plusieurs livres.

Le sujet de prédilection de Oorthuys est l’homme et son environnement, dans son pays et ailleurs. Humaniste, il souhaitait, grâce à son travail, contribuer à un monde meilleur.

Dans cette première grande ‘rétrospective’, ce sont sa vision de la photographie et la qualité visuelle de son travail qui ont été mis en exergue.

CO a évité toute sa vie la question de savoir si la photographie était un art ; c’était plutôt pour lui un moyen de communication avec lequel il pouvait raconter des histoires. Il aimait aussi faire des livres.

Photographe à l’œil aiguisé, ses photos reflètent fidèlement ses sujets et sont souvent de solides et habiles compositions. Bien que peu connu à l’étranger, son travail est d’un niveau international. On le compare aisément à de grands noms comme Werner Bischof ou Robert Doisneau.

J’ai particulièrement aimé ses photos d’Italie, de Grèce -le port d’Hydra en 1957-, de son pays et du mien. Une vraie découverte !

Stephan Vanfleteren en parle :

« CO est l’un de mes photographes néerlandais préférés, non seulement pour sa production délirante, mais également pour son œil amical et vif. Les meilleures photos de ma chère Bruxelles ont été faites par Cas, un Hollandais. Il est également allé au Congo, la colonie de ma patrie (…) J’ai moi-même photographié au Congo : non seulement des hommes jeunes, mais parfois des personnes âgées, posant dans leur veste de costume de plus de cinquante ans datant d’avant la décolonisation. Le textile est usé, mais leur fierté est intacte.

Jusqu’au 13 janvier 2019

Nederlands Fotomuseum

Las Palmas

Wilhelminakade, 332

3072 AR Rotterdam

www.nederlandsfotomuseum.nl

Texte & Photos montage Virginie de Borchgrave

SPECIAL LES POUILLES :

ELLIOTT ERWITT, PINO PASCALI & LE FESTIVAL MUSE SALENTINE

Texte & Photos-montage Virginie de Borchgrave

 

Les Pouilles, visuellement le talon de l’Italie, à 2h d’avion de chez nous est sincèrement une destination incroyable dont nous vous parlerons très vite et avec grand enthousiasme dans Quovadis Voyage.

En attendant si vous y allez cet été, ne ratez pas à Lecce, Polignano a Mare et Alessano, trois étapes incontournables d’un séjour dans le Salento, ces événements de haut niveau :

 

 

 

  • ELLIOTT ERWITT. PERSONAE ***

 

De quoi nous confirmer le talent de ce photographe, né à Paris en 1928 de parents russes émigrés, dont certains clichés en noir et blanc ont fait de lui une figure majeure de la photographie mondiale. S’il ne s’est intéressé à la couleur que tardivement à travers ses archives personnelles (travaux éditoriaux, institutionnels et publicitaires), on y retrouve son style, sa sensibilité et son humour imparable. Pour illustrer le propos, admirons ses portraits de chiens, tellement drôles ainsi que sa photo prise sur le vif au Prado devant les tableaux de Goya de la Maja vestida(vêtue) et desnuda (nue)où sont massés tous les hommes alors qu’il n’y a qu’une seule femme face à l’autre ! On trouvera aussi à côté de la légendaire photo du petit garçon à la baguette, en vélo sur une route de Provence, de remarquables portraits de Marilyn Monroe, Sophia Loren et du Che. Le contraste entre ses photos de St-Tropez et de Bretagne est hilarant. Des clichés pris dans les années 50.

 

 

Jusqu’au 9 septembre 2018

 

Castello de Carlo V

Viale XXV Luglio

Lecce

www.mostraerwitt.it

 

 

  • PINO PASCALI. CLAUDIO CINTOLI. DIALOGUI 3.0 ***

 

Dialogue entre un artiste de l’Arte Povera (moins célèbre que Mario Merz, Jannis Kounellis, Alighiero Boetti ou Gilberto Zorio car il mourut à 33 ans dans un accident de moto) et Claudio Cintoli (Imola, 1935 – Rome, 1978), peintre, scénographe, cinéaste expérimental, vidéo artiste et critique d’art, décédé dix ans après lui.

Une exposition qui commémore les 50 ans de la disparition de Pascali (Paris, 1935 – Rome, 1968) dans un musée ouvert en 1988 à Polignano a Mare, la ravissante cité balnéaire où il passait, enfant, ses vacances avec ses parents et où il s’établit par la suite. On découvre cet artiste multidisciplinaire à travers une première salle dédiée à son travail de photographe, de dessinateur et de producteur pour la TV, etc. ; une deuxième consacrée aux expositions temporaires où ses œuvres dialoguent avec celles de Cintoli, aussi polyvalent que lui. Il est difficile d’établir la paternité des œuvres exposées tant elles sont complémentaires. Enfin, au sous-sol, trois salles présentent les lauréats du Prix Pino Pascaliattribué chaque année à des artistes novateurs où l’on découvre e.a. un diable en porcelaine de Jan Fabre (Prix 2008), une œuvre des frères Jake & Dinos Chapman (Prix 2010), de Fabrizio Plezzi (Prix 2014) représenté en Belgique par la galerie Artiscope de Zaira Mis,  du collectif AES+F (Prix 2015) et de Hans Op De Beeck (Prix 2017).

 

Jusqu’au 30 septembre 2018

 

Museo di Arte Contemporanea. Fondazione Pino Pascali

Via Parco del Lauro, 119

70044 Polignano a Mare (Ba)

www.museopinopascali.it

 

  • LE FESTIVAL MUSE SALENTINE ****

 

Dans un impressionnant palais d’une petite ville du Salento (la province de Lecce), Diane & Charles Adriaenssen, un couple de belges mélomanes et érudits a créé depuis 2007, un festival de musique classique complété pour la première fois cette année d’une résidence d’artiste et de quelques concerts à Lecce, à la fin de l’année. Parmi 170 candidats, c’est Augustin Delloye, jeune peintre autodidacte qui a été sélectionné par un jury international.

 

Deux éditions du festival, l’une fin juillet-début août et l’autre fin septembre accueillent de jeunes musiciens talentueux déjà confirmés dans le domaine pour nous faire découvrir des œuvres parmi les plus belles et les moins connues du répertoire de musique baroque. Tout est réuni -le cadre et la qualité tant des œuvres que des interprètes- pour nous faire vivre quelques soirées exceptionnelles qui ajouteront une dimension incontestable à votre séjour là-bas. A moins que ce ne soit le prétexte en or pour organiser un voyage là-bas et découvrir cette magnifique région ?

 

Du 17 au 22 septembre 2018

 

Palazzo Sangiovanni

 

Alessano

 

www.musesalentine.com

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

SPECIAL SUD DE LA FRANCE

« SEA OF DESIRE » à LA FONDATION CARMIGNAC ****

Ouverte depuis début juin, voilà la dimension artistique qui manquait à l’île paradisiaque. Une île protégée où la nature et les amateurs de vélo sont rois !

Dans un ancien petit mas provençal au cœur d’un parc national, la fondation s’est nichée discrètement en creusant sous terre (7m) pour augmenter sa surface d’exposition. C’était le souhait de son fondateur Edouard Carmignac, propriétaire d’une société de gestion d’actifs du même nom qui, épaulé par son fils Charles (directeur de la fondation) a choisi Porquerolles pour montrer son impressionnante collection d’art contemporain qui compte e.a. la plus importante collection privée de Roy Lichtenstein. Les années seront rythmées par des expositions temporaires de peintures et sculptures d’un fonds qui compte plus de 300 œuvres, acquises en une trentaine d’années. L’exposition inaugurale intitulée « Sea of Desire » sous la baguette du commissaire Dieter Buchhart se déploie en 8 thèmes et 70 œuvres dont certaines ont le privilège d’avoir une salle à elle seule. Difficile de ne pas y voir un hommage au genre féminin…

C’est « Alycastre »,une immense sculpture inédite de Miquel Barceló, du nom du dragon légendaire de l’île qui est chargée de nous accueillir à la porte, après un périple presque initiatique : bateau depuis l’embarcadère de la Tour Fondue à Hyères et puis 15’ de promenade depuis le ravissant port de Porquerolles. Il va sans dire que c’est un endroit qui se mérite. Après la visite de la collection insideoù les points d’orgue sont « One hundred fish fountain »,la fontaine de Bruce Nauman qui résonne dans un espace clos, l’immense fresque aquatique de Miquel Barceló, longue de 16m peuplée d’animaux étranges, le tout inondé de lumière venant d’un plafond d’eau (qui n’est autre que l’ancienne piscine de la villa) qui dessine des ombres sur la paroi bleutée et le sol de grès. Effet assuré et photos/vidéos inévitables… Un espace en forme de croix où d’étonnantes toiles de Marc Rothko, Willem de Kooning, Gerhard Richter, Yves Klein, Alexandre Calder et Jean-Michel Basquiat achèvent de nous convaincre que le collectionneur avait l’œil. Tout cela ornait auparavant les cimaises de ses bureaux. Dans la partie gauche de la croix, on découvre un autre pan de la collection, à savoir le Prix Carmignac qui récompense depuis presque 10 ans le photojournalisme. Magnifiques photos de l’iranienne Shirin Neshat et Josef Koudelka, l’un des plus célèbres et admirés photographe français d’origine tchèque, qui fête ses 80 ans cette année.

Mention spéciale pour Zhang Huan, le peintre coréen qui utilise les cendres de l’encens des temples pour réaliser ses toiles et l’installation colorée au nom interminable de l’artiste japonais Jacob Hashimoto (2500 papiers découpés), qui tel un grand mobile suspendu dans l’escalier, nous ramène au rez-de-chaussée où les œuvres exposées sont moins intéressantes (plus commerciales).

La balade se poursuit ensuite dans le parc attenant de 15 ha, aménagé par l’architecte paysagiste Louis Benech dont le souci majeur était de préserver le côté sauvage. Voilà la collection outside repartie en un jardin nord et un jardin sud où l’on devine des œuvres majeures comme « la Couvée », quelquesmagnifiques immenses œufs blancs maculés de Nils-Udo, les « Trois Alchimistes » de Jaume Plensa, « The FourSseasons » de Ugo Rondinone, « Lolo » de Wang Keping, etc.

Belle démarche et discrète consécration à l’art contemporain dans toutes ses dimensions. Juste une petite remarque car on a beaucoup insisté sur le côté spirituel avec lequel le lieu allait s’offrir au visiteur : brevage à l’entrée élaboré par le pharmacien de l’île (une eau citronnée à la menthe que l’on retrouve dans tous les endroits raffinés aujourd’hui) et le fait de devoir se déchausser et arpenter le lieu pieds nus. Un peu décevant par rapport à ce qui était annoncé… Par contre la buvette au milieu des arbres est un endroit merveilleux. N’hésitez pas à prendre le temps de vous y ressourcer après la visite, de quoi prendre des forces pour affronter les hordes de touristes qui envahissent l’île en saison…

La Fondation Carmignac ? Un très bel endroit en forme d’ode ou de poème à l’art et la nature qui doit prendre encore un peu de graine… On se réjouit déjà de la retrouver tel un fruit mûr dans quelques années.

 

Jusqu’au 4 novembre 2018

Villa Carmignac

Ile de Porquerolles

F- 83400 Hyères

Ouvert tous les jours de 10h à 20h en juillet-août, jusqu’à 19h en septembre et 18h en octobre & novembre

Entrée : 15 EUR plein/10 EUR réduit/5 EUR jeunes (12-26 ans)/gratuit jusqu’à 11 ans

Le nombre de visiteurs étant limité à 50 pers. par 1/2h, il est préférable de réserver sur le sitewww.fondationcarmignac.com#fondationcarmignac

 

 

« DEAD END » de SOPHIE CALLE au CHATEAU LACOSTE ****

On vous a déjà parlé l’année dernière à la même époque dans la même rubrique de ce lieu exceptionnel réalisé par Tadao Ando avec des chais de Jean Nouvel, non loin d’Aix-en-Provence où il est agréable de retourner comme en pélérinage chaque été, si l’on a la chance d’être dans la région. Outre le parc parsemé de sculptures et installations monumentales de Louise Bourgeois, Hiroshi Sugimoto, Alexandre Calder, Tunga, Jenny Holzer, Andy Goldsworthy, Kengo Kuma, Jean-Michel Othoniel, Liam Gillick, etc., deux espaces présentent des expositions temporaires.

Cette année, c’est Sophie Calle, l’artiste française atypique qui est à l’honneur. Elle y poursuit avec talent et humour sa quête d’analyse personnelle, familiale et affective. L’amour, la perte et la mort sont ses thèmes de prédilection. Dans la première salle -une galerie créée par Jean-Michel Wilmotte-, elle montre des pierres tombales et nous parle de son père et dans la deuxième -un pavillon que l’on doit à Renzo Piano-, elle installe « Douleur exquise »,sa pièce maîtresse. Elle traite d’une de ses relations amoureuses, avant d’arriver en Inde après un périple au Japon, où à reculons elle revient sur chaque jour qui vont l’amener à la rupture. Si l’on est une inconditionnelle comme moi de son travail et de sa démarche artistique unique, on a aucune peine à plonger dans son monde. Après « Les Dormeurs » son récit des gens qui dormaient une nuit dans son lit, l’analyse des lettres par divers spécialistes en tous genres d’une autre rupture amoureuse exposée à la BNF, il y a quelques années, la mise en scène de la mort de sa mère au Palais de Tokyo ou son faux mariage, Sophie Calle analyse les processus que nous créons pour gérer ces moments particulièrement difficiles en public ou en privé. Un art de l’introspection et de la mise en scène sans voyeurisme aucun et avec beaucoup de respect.

Notez encore qu’elle a désormais sa place dans le parc avec une sépulture qui joue sur les deux plans : installation permanente et lieu de performance car nous rentrons en jeu. Je ne vous en dis pas plus sauf que cela vaut la peine de la chercher.

 

 

Jusqu’au 15 août 2018

2750, Route de la Cride

F-13 610 Le Puy Ste-Réparade

Tél. : +33 4 42 61 92 92

Ouvert tous les jours de 10h à 19h

Entrée : 15 EUR plein/12 EUR réduit/10 EUR étudiants

www.chateau-la-coste.com #chateaulacoste

 

 

« PICASSO et les maîtres espagnols » aux CARRIERES de LUMIERE ***

Un endroit incontournable, si vous ne le connaissez pas encore ! Magique ! Spectacle multimédia en forme de projection d’images sur les murs en calcaire de l’ancienne carrière, reconvertie en un gigantesque cinéma. Une immersion visuelle et sonore dans un cadre unique. Chaque année, le thème change et c’est fascinant. Cette année, ce sont les chefs-d’œuvre de Pablo Picasso, Francisco Goya, Joaquim Sorolla etc. précédés d’une séquence plus courte « Flower Power La Culture Pop » aux accents hippie et fleurs géantes, cette génération des années 60 qui a changé le monde.

Un nouveau concept d’expositions numériques immersives projetées en continu.

A ne pas rater, avec ou sans enfants.

 

Jusqu’au 6 janvier 2019

Route de Maillane

F-13 520 Les Baux-de-Provence

Ouvert tous les jours de 9h30’ à 19h30’ en juillet-août, jusqu’à 19h en septembre/octobre et de 10h à 18h en novembre/décembre & janvier

Entrée : Pass Baux-de-Provence (visite combinée avec le Château)

N.B.: Veillez à prendre un pull car il fait frais à l’intérieur et le décalage avec l’extérieur est important

http://www.carrieres-lumieres.com#carrieresdeLumieres

 

 

« PICASSO, MON AMI par LUCIEN CLERGUE » ***

Dans le cadre exceptionnel du Château des Baux-de-Provence, une exposition en plein air de photos de Picasso prises par son jeune ami Lucien Clergue, qu’il rencontra à la sortie d’une corrida en Arles. 20 ans d’amitié inattendue entre un jeune homme totalement inconnu et un vieil homme, qui pourrait être son grand-père, au faîte de sa gloire ! Une exposition qui présente ces deux décennies de complicité avec celui qui deviendra en quelque sorte le père spirituel du photographe, jusqu’à sa mort en 1973.

Clergue a bien à l’esprit que sa carrière artistique en dépend. Picasso ira jusqu’à lui dire « Tes photographies sont les carnets de croquis du Bon Dieu. » Parmi les passions qui les unit, la tauromachie dont ils ont tous les deux contracté le virus dans leur enfance. Mais encore les gitans, les saltimbanques, les Arlequins, les acrobates, les funambules, la musique gypsi , la guitare -c’est Lucien Clergue qui présenta à Picasso Manitas de Plata, le plus célèbre guitariste gitan né dans une caravane à Sète- dont il dira « Ses mains sont plus fortes que les miennes. Il faut les payer plus cher. »

Le maître ira jusqu’à influencer au plus profond le photographe qui, passionné du milieu naturel camarguais consacrera une grande partie de son travail à l’observeret à en dégager des formes à la fois abstraites et graphiques, comme sa série des épis de maïs où il est impossible de ne pas voir la filiation avec les encres de Picasso représentant Don Quichotte et Sancho Panza.

Clergue le suivra jusque dans son dernier atelier, Notre-Dame-de-Vie à Mougins, dont témoignent les nombreux et magnifiques clichés du maître entouré d’œuvres -toiles, sculptures, céramiques, dessins mais aussi instruments de musique, masques africains, etc.- avec lesquelles il se confond.

 

Jusqu’au 28 octobre 2018

Château des Baux-de-Provence

F-13 520 Les Baux-de-Provence

Ouvert de 9h à 19h en juillet/août/septembre, de 9h30’ à 18h30’ en octobre

Entrée : Pass Baux-de-Provence (visite combinée avec les Carrières)

http://www.chateau-baux-provence.com

 

« PICASSO PICABIA, La peinture au défi » au MUSEE GRANET**

Décidément Picasso est omniprésent ! Son nom seul sur une affiche fait courir les foules dans le monde entier et assure un succès garanti aux organisateurs. Ici, un dialogue inédit entre deux géants de la peinture moderne. 150 œuvres mises en confrontation entre les deux maîtres, à la fois proches et différents… Mais surtout une traversée d’une période essentielle de l’art moderne : cubisme, dada, classicisme, surréalisme, portrait, photographie, abstraction, etc.

 

Jusqu’au 23 septembre 2018

Place Saint-Jean-de-Malte

F-13 100 Aix-en-Provence

Tél. : +33 4 42 52 87 97

Ouvert du mardi au dimanche de 10h à 19h. Fermé le lundi

Entrée : 10 EUR plein/ 8 EUR réduit /gratuit – de 18 ans

http://museegranet-aixenprovence.fr

 

LES 70 ANS du FESTIVAL INTERNATIONAL d’ART LYRIQUE ***

Avec au programme les opéras « Ariane à Naxos » de Richard Strauss, « L’Ange de feu » de Sergueï Prokofiev, « La Flûte enchantée » de Mozart, « Didon et Enée » de Henry Purcell, etc. et des concerts, de musique de chambre et symphonique, voilà l’un des meilleurs festivals du genre dirigé de main de maître par Bernard Foccroulle, organiste de formation (Liège, 1953), qui après 12 ans de bons et loyaux services à sa tête tire sa révérence. Une personnalité aussi exceptionnelle que discrète qui a fait rayonner la Belgique à l’étranger.

Jusqu’au 24 juillet 2018

www.festival-aix.com

 

 

 


****

Texte & Photos-montage Virginie de Borchgrave

Peintures, sculptures et installations inédites de cet artiste coréen (1956, Chung-Do) à l’honneur dans le cadre exceptionnel de la Fondation Maeght dans le sud de la France, à l’entrée de Saint-Paul de Vence : « Je suis venu à plusieurs reprises pour préparer l’exposition et à chaque fois, la Fondation Maeght m’a fait penser àun monastère. Ce lieu consacré à la création, à l’art, à sa présentation est pour moi un endroit de recueillement. La forme des toits, avec les bords courbes, me rappelle celle des temples avec leur toiture qui remonte et semble se redresser vers le ciel. La comparaison m’a toujours frappé. » Un rapprochement avec l’architecture mais aussi avec la lumière « monacale »,ajoute-t-il.

Un artiste dont le matériau essentiel est le charbon de bois -utilisé à ses débuts comme un fusain- qu’il taille, ponce, colle sur la toile et fixe au moyen d’un medium acrylique semi-transparent. Des œuvres où le noir règne en maître, même si la couleur n’est pas le résultat d’un choix conscient mais bien celui imposé par le matériau lui-même, issu en droite ligne de sa culture asiatique. Placé dans les fondations d’une nouvelle maison, il sert à protéger contre l’humidité, les insectes, etc. Et quand naît un enfant, c’est un morceau de charbon de bois accroché à une corde sur la porte de la maison qui signale sa naissance.


Un noir d’une densité incroyable. Certains tableaux sont des agglomérés -ou mieux des mosaïques- de morceaux noirs qui jouent entre différentes nuances de noir, s’amusent de divers reflets et contrastes. Des œuvres tant à l’intérieur qu’à l’extérieur de la Fondation comme dans le patio, où l’on découvre face à la piscine de Marc Chagall, ces grandes pièces composées de morceaux de charbon de bois réalisées avec des fagots de sa ville natale, maintenus ensemble par des élastiques. Ils ont été carbonisés en montagne dans un four d’argile en forme d’igloo. Un processus qui a pris un mois : 15 jours à une température de 1000 degrés (comme pour la céramique) puis 15 jours de refroidissement. Transportés jusqu’ici, c’est « une rencontre entre les pins de Saint-Paul et de Corée. » Une idée que l’artiste apprécie par-dessus tout, à l’image de son mode de vie et ses déplacements depuis 30 ans entre la France et la Corée…

Lee Bae vit et travaille à Paris, où nous l’avons connu à travers la Galerie RX puis nous avons été le voir, il y a 2 ans, dans les écuries du Château de Chaumont à l’occasion du Festival international des Jardins www.domaine-chaumont.fr/fr/festival-international-des-jardins

En 2015-2016 et en 2018, nous l’avons retrouvé à la galerie parisienne Perrotin www.perrotin.com  

A cheval entre Soulages et Rothko, Lee Bae, le peintre-sculpteur s’affirme comme une figure unique dans le monde de l’art contemporain. Un univers imprégné d’encre de Chine et de calligraphie. Sa façon à lui de garder le lien avec sa culture ancestrale.

 

Jusqu’au 17 juin 2018

Fondation Maeght

F-06570 Saint-Paul de Vence

Tél. : +33 4 93 32 81 63

Ouvert tous les jours (sans exception) de 10h à 18h (octobre – juin) et jusqu’à 19h (juillet -septembre)

Entrée : 15 EUR plein / 10 EUR réduit

www.fondation-maeght.com

« L’EMPIRE des ROSES. Chefs-d’œuvre de l’art persan du 19esiècle » ***

Texte & Photos-montage Virginie de Borchgrave

 

Dans une mise en scène de Christian Lacroix qui, bien qu’ayant le mérite d’être très claire et lisible ne m’a pas laissé une impression particulière, nous voilà plongés dans la dynastie des Qajars, un peuple d’origine turco-mongole. Installé en Iran depuis 4 siècles son mérite fut e.a. de donner au pays, à partir de la fin du XVIIIe s, une certaine stabilité politique. Mais entre la Russie et l’Angleterre expansionniste, rien ne fut très simple…

Au fil des salles et des dessins d’une grande finesse, des peintures (beaux portraits), des tapis, des céramiques, des bijoux, des costumes, des instruments de musique (avec à chaque fois, une illustration picturale en parallèle) etc., on découvre les diverses disciplines artistiques sous cette dynastie qui commence en 1779 et prend fin en 1925, lorsqu’un militaire iranien du nom de Reza Khan fomente un coup d’état et prend le pouvoir, fondant la dynastie des Pahlavi.

Des objets que l’on se surprend à observer avec une grande attention car ils sont autant de témoins parlants de la quête identitaire de cet immense pays qui s’étendait à l’époque du Golfe persique au Caucase.

Pourquoi « L’Empire des Roses » ?  C’est le nom d’un des recueils les plus célèbres de la littérature persane « Le Golestan » écrit par Saadi au 13es. et traduit en français au 17eque les Qajars reprirent pour nommer leur palais à Téhéran. On peut le visiter car il abrite aujourd’hui le grand musée qui leur est consacré.

Véritable cours d’histoire joliment illustré, l’exposition nous apprend aussi des mots clefs de la culture persane tels que les grandes dynasties qui s’y sont succédées -Achéménide, Safavide, Sassanide- mais encore sur les divers courants religieux comme le soufisme -cœur de l’Islam-, le sunnisme et le chiisme.

L’une des meilleures manières de s’initier à la culture ce pays qui possède l’un des patrimoines les plus riches du monde et s’ouvre au tourisme depuis quelques années.

 

Jusqu’au 23 juillet 2018

Musée du Louvre-Lens

99, Rue Paul Bert

F-62 300 Lens

Tél. : + 33 3 21 18 62 62

https://www.louvrelens.fr/

XIVe édition du FESTIVAL INTERNACIONAL de POESIA****

GRANADA NICARAGUA AMERICA CENTRAL

Texte & Photo Virginie de Borchgrave

 

130 poètes en provenance de près de 60 pays des 5 continents se retrouvent pendant une semaine dans la plus belle ville coloniale du Nicaragua -et l’une des plus intéressantes d’Amérique centrale avec La Antigua Guatemala- pour déclamer leurs poèmes écrits dans leur langue maternelle et traduits ensuite en espagnol par des étudiants en lettres ou des écrivains comme e.a. Gioconda Belli, la plus célèbre écrivain nicaraguayenne dont la renommée dépasse de loin les frontières du monde latin.

Considéré à juste titre aujourd’hui comme l’un des événements poétiques majeurs dans le monde littéraire, le festival créé en 2005 par le poète Francisco de Asis Fernández a contribué à montrer une autre image du Nicaragua, un pays encore méconnu, dont la réputation a été fameusement abîmée au XXe s. par des années de guerre et de soubresauts politiques. Le FIPG donne enfin à Granada la place qu’elle mérite sur la carte historique des villes coloniales de l’Amérique latine.

Au menu de cette édition, un hommage est rendu à deux poètes d’Amérique centrale, le nicaraguayen Fernando Silva Espinoza, à la fois pédiatre, poète, conteur, nouvelliste, essayiste, peintre et linguiste (rien que cela) et à l’hondurien Roberto Sosa, considéré comme le plus prestigieux représentant du genre dans son pays.

Un festival populaire avant tout qui n’a pas lieu dans des salles de théâtre pour un public averti où il faut réserver et payer ses places mais qui se déroule sur la place principale de la ville et est entièrement gratuit ! Il faut savoir qu’un énorme travail est fait en amont pour inciter les gens d’ici et des autres villes du pays à y participer. Quand on voit la foule qui s’y presse, le pari paraît gagné. Une session « microfono abierto » les après-midi permet aussi à tout un chacun d’y prendre part en présentant ses propres poèmes.

Un festival fréquenté par des jeunes car il récompense aussi les poètes en herbe. Qui connaît un peu le pays sait qu’au cœur de tout Nicaraguayen sommeille un poète qui s’ignore…

Belle initiative pour soutenir la poésie et éveiller la sensibilité à fleur de peau des autochtones.

Un langage universel qui ouvre la porte à la littérature, la culture et l’art en général.

Et un prétexte unique au cœur de l’hiver pour planifier un voyage là-bas !

Du 11 au 17 février 2018

www.festivalpoesianicaragua.com

 

 

 ANCIENS EXTRA MUROS: 

http://wp.me/p4rkVj-1zP